Quelques clés pour choisir un socle web de qualité

Les fondamentaux du web 2.0. pour anticiper le web 3

Cahier des charges d’un site de qualité

Pour rédiger le cahier des charges d’un site internet, il est nécessaire d’établir une juste corrélation entre ambition et budget et d’écarter ainsi le risque d’une fausse promesse marketing.

Il ne faut pas hésiter à revisiter les prétentions si le budget disponible ne peut les satisfaire car l’internaute sanctionne toujours une promesse non tenue. Les fonctionnalités du site internet pourront toujours évoluer au fil des disponibilités budgétaires et des besoins opérationnels.

Un cahier des charges sert dabord à définir les besoins et les priorités concernant une attente de présence et de positionnement via les moteurs de recherches.

La présence est associée au positionnement pour qu’un site soit trouvé et perçu. Sa capacité à être au bon endroit et au bon moment lui permettront d’être lu et retenu.

Parmi les éléments importants à évoquer absolument :

  • choix du nom de domaine (parlant, cohérent) : il porte la stratégie ;
  • visibilité sur les moteurs de recherche ;
  • contenu actualisé et régulièrement mis à jour ;
  • ergonomie, zoning, arborescence ;
  • attractivité : la 1re page doit inciter à poursuivre la visite du site ;
  • délivrer un ou plusieurs messages clairs ;
  • design, charte graphique (perception immédiate d’une promesse par le visuel) : code couleurs, tendances, séduction... ;
  • inter-activité.

D’autres éléments doivent également faire l’objet d’une attention particulière. Notamment...

W3C : s’assurer de la validité du code html

Une page est le résultat de l’affichage d’un code : le html. Ce HTML est le seul élément que les moteurs de recherche savent interpréter sur une page web.

Le HTML permet d’intégrer du texte brut et des images dans une page visible à partir d’un écran sur internet.

Le texte apparaîtra finalement sous son aspect graphique final grâce aux CSS (Cascading Style Sheets : les feuilles de style en cascade).

Des technologies telles que le Flash ne sont pas lisibles par les moteurs de recherche (contrairement au java et au jquery).

Un code “propre” — c’est-à-dire valide HTML — permet aux moteurs de recherche de baliser son accès pour une parfaite circulation dans le site et le référencement des éléments qu’ils trouvent.

Un moteur de recherche aussi répandu que Google souhaite obtenir des informations fiables pour permettre à ses utilisateurs de trouver ce qu’ils cherchent. Il en va de sa crédibilité. Il va donc concentrer ses ressources sur des sites de qualité.

Les premiers signaux positifs :

  • la présence de contenu ;
  • la qualité du contenu.

Pour tester la validité d’un code d’un site, il est possible d’utiliser un validateur W3C, notamment lors du choix d’un prestataire, en testant ses dernières références avec cet outil.

Accessibilité

Pourquoi un site doit-il être accessible ?

Loi 2005 sur l’accessibilité : permettre à tout internaute possédant un handicap de pouvoir bénéficier du contenu internet.

Une vidéo de présentation du principe d’accessibilité d’un site internet est consultable sur la page "MantaloTonic pour l’accessibilite des sites internet

Les textes doivent être lisibles pour toute personne en situation de handicap grâce à des menus d’accès par clavier.

Les couleurs doivent être suffisamment contrastées pour être lisibles, notamment pour les personnes atteintes de daltonisme.

Deux outils permettent la vérification des couleurs :

Structure sémantique

La structure sémantique sert donner du sens au contenu. Ce sens sera défini page par page.

La notion de “mot clé” utilisée encore souvent n’a plus d’intérêt dans le référencement du web 2.0.

Les moteurs de recherche référencent les mots qui sont associés les uns aux autres et donnent ainsi du sens à la page : c’est le champ sémantique de la page.

Pourquoi cette évolution ? C’est la meilleure façon de servir un objectif de “crédibilité” en fournissant aux internautes des informations riches et fiables à la hauteur de leurs attentes.

Une page présente une structure sémantique bien référençable si elle est structurée avec :

  • un titre principal ;
  • des intertitres sur 1 à 5 niveaux
  • des listes à puce,
  • des liens valides,
  • des enrichissement textuels ou sémantiques …

Responsive Web Design

Le Responsive Web Design permet d’accéder à un site internet sur toutes tailles d’écran, fixes ou mobiles (ordinateur, tablette, smartphone…).

Sa valeur ajoutée est d’assurer le même référencement sur tous supports (contrairement aux sites développés en 2 ou 3 versions différentes et spécifiquement adaptés à un support).

Évolutivité stratégique et technique

Elle exprime la capacité d’un site à répondre aux besoins probables à moyen terme. En d’autres termes, il est essentiel de vous assurer qu’un prestataire pourra accompagner l’évolution de votre site dans le temps. Son choix quant au socle technique qu’il exploite s’avère sous cet angle essentiel.

Faire le choix d’un site non évolutif, c’est faire le choix d’une obsolescence programmée à court terme.

Un site évolutif pourra s’enrichir d’éléments fonctionnels ou graphique non envisagés initialement.

Interactivité, carte

Il existe 4 niveaux d’interactivité :

  • Interactivité interne : liens vers du contenu interne du site ;
  • Interactivité externe : liens vers des contenus externes, syndication d’un site externe grâce à flux RSS ;
  • Espace d’échange sur le site : forum, possibilité de laisser des commentaires (avec ou sans modération) ou des notes, newsletter (prévoir une segmentation adaptée aux différentes cibles) ;
  • Les réseaux sociaux : relais du site internet dans son environnement social.

Une carte permet de positionner différents points thématiques, des circuits, différentes informations qui intéressent les internautes.

Utilité des CMS et critères de choix

Pour construire un site internet, on peut soit :

  • effectuer un développement spécifique à partir d’un page blanche (pour des fonctionnalités très spécifiques et particulières) ;
  • utiliser un CMS (Content Management System), c’est à dire un système de gestion de contenu qui permet de créer et d’organiser le contenu d’un site internet selon une logique évolutive.

Le développement spécifique répond dans la grande majorité des cas à la méthode d’un développeur, propriétaire du code, que d’autres développeurs ont peu de chance d’apprécier selon les mêmes critères.

Un premier risque est ainsi d’avoir un outil non évolutif car maintenu uniquement selon les prérogatives d’un développeur unique. Le second, et non des moindres, suspend la maintenance d’un site au bon vouloir d’un prestataire unique.

Un CMS peut être :

  • “propriétaire”, c’est à dire propre à une société de développement internet) : les codes sources sont sa propriété et vous êtes dépendant de ce prestataire pour faire évoluer votre site (cf Jimdo, one&one…) ;
  • “open source” (libre de droit) et donc dissocié de la propriété d’un prestataire car développé et maintenu par une communauté qui laisse « l’accès au code » totalement ouvert.
  • Il existe différents types de CMS Open Source. Chacun possède ses propres spécificités pour servir les objectifs d’un site internet :
  • spip (l’un des plus anciens et des moins évolutifs) ;
  • wordpress (l’un des plus utilisés) ;
  • joomla (challenger avec un positionnement assez peu identifié) ;
  • drupal (certainement le plus complet, le plus solide et le plus évolutif) ;
  • e-commerce : prestashop (très utilisé pour de petits sites), magento (assez évolutif) et Drupal (présentant une grande puissance dans le traitement de données pour les projets ambitieux).

Bonnes pratiques : utiliser l’outil Opquast

Opquast est un outil rassemblant l’ensemble des bonnes pratiques pour la qualité des services en ligne. Vous pouvez le tester directement avec l’outil gratuit en ligne d’Opquast. Une bonne notation permet d’optimiser le référencement naturel par les moteurs de recherche.

Zoom sur le contenu et le référencement naturel

Généralités sur le référencement naturel versus référencement payant

Alors que tous les éléments textuels vont un effet sur le référencement naturel, les éléments visuels sont totalement inopérants de ce point de vue.

Le référencement naturel d’un site internet n’est jamais totalement stable. Il dépend de l’évolution du référencement des autres sites qui gravitente dans son environnement proche.

Le référencement naturel permet de capitaliser sur des bonnes positions de façon durable. C’est un investissement réel en faveur du positionnement d’un site internet.

Le référencement naturel dépend de :

  • la qualité du socle technique et sémantique,
  • la fréquence d’actualisation du contenu,
  • la qualité du contenu.

Techniques d’écriture du web

Choix du nom de domaine

Les noms de domaine thématiques vont évoquer la valeur ajoutée. Il est judicieux d’avoir :

  • un nom de domaine en association avec sa marque,
  • et d’acheter les noms de domaine en périphérie du nom de domaine principal pour éviter un « parasitage malveillant ».

Hiérarchisation du contenu, syntaxe web

Le but de cette hiérarchisation est que les pages soit référencées systématiquement. Pour atteindre cet objectif, certains éléments sont essentiels :

  • Le titre de la page : pas plus de 8 mots à forte valeur sémantique ;
  • le chapeau (accroche) : deux lignes comportant les mots qui interpellent et se rapportent au sujet de la page.
  • une structuration hiérarchique des page à l’aide des intertitres (h1, h2, h3…)

Enrichissement typographique

Il existe une palette d’enrichissement typographique :

  • la mise en valeur des textes par du gras, de l’italique ou une mise en évidence…,
  • la définition des acronymes par l’assistance des bulles d’aides,
  • la rédaction de notes de bas de page pour préciser sans polluer la lecture,
  • la mise en exergue de paragraphes par un encadré,
  • la citation des sources.

Organiser un suivi de positionnement

En lien avec la stratégie du site, il est nécessaire de lister les mots que les internautes utiliseront pour trouver votre site. Ces mots clé piloteront les internautes intéressés vers votre contenu si vous vous êtes posé les bonnes questions :

  • qui sont mes cibles ?
  • quels sont leurs centres d’intérêts ?
  • comment vont-ils les formuler ? Pour toucher mon public, je vais donc intégrer ces mots clé dans mon contenu, au fil des pages et des thématiques traitées.

Lorsque le site est prêt, il est lancé et déclaré aux moteurs de recherche. Le référencement naturel peut ainsi s’opérer dans l’intérêt de tous.

Il est toutefois nécessaire de vérifier régulièrement le positionnement du site sur la base des mots clés préalablement définis.

ixquick, startpage, webrankinfo

Google conserve un historique de nos propres navigations. C’est pourquoi il est nécessaire d’utiliser des moteurs qui ne mémorisent aucune information sur vos habitudes de navigation :

  • Startpage est l’équivalent de google mais sans l’historique ;
  • Ixquick associe les résultats de plusieurs moteurs de recherche sans l’historique ;
  • Webrankinfo permet de tester google sans l’historique et de manière plus complète.

Parcourez nos références en communication et forgez-vous une opinion sur notre capacité à accompagner efficacement votre démarche e-marketing !

Lettres d'information

Mantalo Formations

Organisme de formation web, communication, marketing
Cap@cités - 251, bd des Saveurs
24660 Coulounieix-Chamiers (Périgueux Sud)
Aquitaine - Dordogne
Tél. : 05 53 03 05 21

Suivez nous sur :